Déjà Paru

ÉLECTRONS & DISSIDENTS

Collection Yves Stourdzé - série privée

La volonté d’Yves Stourdzé était d’explorer, et plus, l’introduction des nouvelles technologies numériques dans la société française et les modifications qu’elles suscitaient. Il y avait la théorie, les rapports, les colloques, enfin toute une armada pour expliquer, pour convaincre, pour obliger ! 

Il aimait convoquer tous les moyens afin de réveiller la Belle France et ses édiles, et ses Grands corps moisissant au pouvoir de l’inaction, de l’attentisme et de la censure. Il en pâtira de façon cuisante.

Ici il mobilise le cinéma et les enjeux politiques, les jeux troubles, il convoque les mauvais souvenirs de la société prête à oublier le pire.

Ce texte, loin d’être « fini » n’est pas non plus un état ; l’écriture d’Y. Stourdzé est fait d’un style qui met en bascule les attendus, chasse les démonstrations convenues, évoque, plus que ne prouve, convo­que notre étonnement jusqu’à l’improbable, comme il le fit dans Les Ruines du futur (1970), il ouvre la plus belle porte du savoir : l’imaginaire mère de toutes les libertés ! Le non finito est peut-être l’abouti.

H. T.

Cet ouvrage n’est en vente que sur notre site.

 

Editeur:
Collection:
Date de parution: 
13/12/2023
ISBN 978-2-84534-314-6 * PVP 5 euros * 36 p.
Yves Stourdzé
Prix: 
5,00 €

Frais d'envoi inclus en France Métropolitaine, Union Européenne et Suisse.

AGONIE DU MONOLOGUE DANS LA SOCIÉTÉ FRANÇAISE

la crise du téléphone

Le souhait d’Yves Stourdzé était d’explorer l’introduction des nouvelles technologies de communication dans la société française.

Il s’y consacra, dans les années soixante-dix/quatre-vingt, convaincu que les formes et détours du pouvoir devaient s’y révéler en modelant ces nouvelles inventions. C’est ce qu’il avait nommé généalogie. À ce moment, la grande crise du retard français en matière de téléphonie l’incita à mettre à jour le télégraphe, à fouiller plus profondément ce qui s’était fomenté lors de son invention. Il put alors découvrir, qu’après la Poste présente depuis le Moyen Âge, le modèle du pouvoir en plus se devrait alors de maîtriser ces techniques et d'en garder le contrôle. D’abord le télégraphe puis le téléphone.

Avec une équipe de chercheur, tous les supports de communication, qu’ils soient de paroles ou d’images, furent examinés, de même que les conditions de leur acceptabilité. SCOPIE DU POUVOIR DANS LA SOCIÉTÉ FRANÇAISE, 2021, Éditions Sens&Tonka, Paris, présentait le travail concernant le télégraphe optique puis électrique.

Il nous a semblé nécessaire de faire connaître le travail concernant le téléphone qui éclaire enfin la crise des années soixante-dix et permettra à la société française d’être présente dans le nouvel «ordre» du monde.

En librairie le 16 janvier 2024

Editeur:
Collection:
Date de parution: 
13/12/2023
ISBN 978-2-84534-308-5 * PVP 8.50 euros 36 P.
Prix: 
8,50 €

Frais d'envoi inclus en France Métropolitaine, Union Européenne et Suisse.

MONDOSHIMA, NOTRE FILM

PHOTOGRAPHIES DE JEANNE-MARIE SENS

MONDOSHIMA, NOTRE FILM se présente comme un texte qui a la forme d’un scénario, mais qui n’en est pas un. Il relate une histoire d’amour flamboyante entre deux êtres égarés dans un Hiroshima désormais étendu au monde entier, Mondoshima.

Une fille, rendue amnésique par le traumatisme de l’Explosion du monde, cherche à se rappeler son premier amour. Un garçon qui, par passion pour elle, l’aide à reconstruire la mémoire de cet amour d’avant la catastrophe de Mondoshima. 

Ils parlent de l’impuissance de la mémoire à protéger du désastre, de leur désir de tourner ensemble un film qui rende compte de leur amour absolu né après l’Explosion de Monde. Ils citent et détournent Hiroshima, mon amour d’Alain Resnais et Le Mépris de Jean-Luc Godard avec les yeux de ceux qui déjà vivent par-delà le genre et la race. Ils n’ont d’autre principe que de croire à une puissance de l’Amour absolu apte à s’autoriser une bifurcation, quand plus rien ne paraît possible pour stopper l’inexorable marche du monde vers la guerre, vers son extinction.

En librairie le 16 janvier 2024

Collection:
Date de parution: 
12/12/2023
ISBN : 978-2-35729-129-4 * PVP 12,50 euros * 56 p.
Prix: 
12,50 €

Frais d'envoi inclus en France Métropolitaine, Union Européenne et Suisse.

LE CONTRE HOBBES DE PIERRE CLASTRES

La guerre serait revenue ! On l’aurait, bien mal nous en a pris, oubliée... Elle se tenait ailleurs. Tout, d’ailleurs, se tient ailleurs : chez les sous-développés, les émergents, enfin ceux qui apprennent l’histoire et oubliant la leur. Le dédain, les erreurs d’appréciations (ou d’analyses) ne font que gonfler les refus, poussant à des déstructurations : du génocide, au massacre, à l’annexion et autres joyeusetés...  Toute cette situation ouvre à un horrible absolu, à une vengeance aveugle, à une sorte de sauvagerie qui n’exista jamais, construite à dessein ouvrant à la terreur (nous en fûmes-nous pas les inventeurs) et la fabrication de la peur. Le Léviathan (Hobbes) réveillé refaçonne des États durs, met en place par la démocrature ses opportunistes politiques comme religieux ne jurant que par une paix qui attrape les mouches avec du vinaigre. Il nous a semblé qu’aller revisiter quelques pensées solides (Abensour, Sahlins, Clastres) en luttes contre les exploitations et les cache-sexes que sont domination, soumission, abondance, aliénation et addiction planquées derrière des mirages (dont le métavers n’est pas le moindre) pouvaient nous être très utiles et remettre un peu les idées en place (si cela est encore possible).

Ainsi, ce texte de 1987 est à lire avec l’expérience des cinq dernières années en vue de les décrypter afin de percevoir l’avenir au-delà des pleurnicheries qui envahissent notre quotidien, qui brouillent nos entendements et entretiennent une prétendue nécessité d’un État de Guerre fondateur, de tout temps, d’Histoire.

En librairie le 16 janvier 2024

Editeur:
Collection:
Date de parution: 
12/12/2023
ISBN : 978-2-84534-309-2 * PVP 9.50 euros * 48 p.
Miguel Abensour
Prix: 
9,50 €

Frais d'envoi inclus en France Métropolitaine, Union Européenne et Suisse.

(un) abécédaire des friches

laboratoires fabriques squats espaces intermédiaires tiers-lieux culturels

COORDONNÉ PAR FABRICE LEXTRAIT ET MARIE-PIERRE BOUCHAUDY

Produire du Commun est une condition indispensable à la réussite de la transformation sociétale qui nous incombe. Des artistes, des acteurs culturels, des techniciens, des élus et des populations expérimentent quotidiennement des modes de création et de production artistiques, des démarches collectives et collaboratives et des formes de gouvernance qui contribuent à la réflexion sur cette mutation.En 2001, le rapport Friches, laboratoires, fabriques, squats, projets pluridisciplinaires... : une nouvelle époque de l’action culturelle, commandé par Michel Duffour, secrétaire d’État au patrimoine et à la décentralisation culturelle, avait permis de décrire et de rendre visibles ces espaces intermédiaires, physiques et symboliques, dessinant de nouveaux rapports entre art et société.

Depuis, des chercheurs ont documenté ces initiatives et produit de nombreux ouvrages.Vingt ans après les Rencontres des nouveaux territoires de l’art à La Friche la Belle de Mai, trente d’entre eux – philosophes, économistes, sociologues, architecte, paysagiste – explicitent et précisent, sous la forme d’un abécédaire, le vocabulaire et les concepts initiés ou développés par et autour de ces démarches singulières.

30 auteurs pour 120 mots

Lauren Andres, Hugues Bazin, Raphaël Besson, Patrick Bouchain, Bruno Caillet, Étienne Capron, Gilles Clément, Emmanuelle Gangloff, Gwénaëlle Groussard, Gabrielle Halpern, Philippe Henry, Isabelle Horvath, Arnaud Idelon, Cassandre Jolivet, Luc de Larminat, Fabrice Lextrait, Alain Lipietz, Matina Magkou, Léa Massaré di Duca, Isabelle Mayaud, Hélène Morteau, Pascal Nicolas-Le Strat, Cécile Offroy, Fabrice Raffin, Marta Rosenquist, Laurence Roulleau-Berger, Dominique Sagot-Duvauroux, Colette Tron, Emmanuel Vergès, Joëlle Zask.

Editeur:
Collection:
Date de parution: 
28/08/2023
ISBN : 978-2-84534-306-1 * PVP 22,50 euros * 220 p.
Prix: 
22,50 €

Frais d'envoi inclus en France Métropolitaine, Union Européenne et Suisse.

La lettre au carré

poésie et permutations

Trames, tables, échiquiers… S’intéresser à la poésie à la lettre, c’est rencontrer, du IVe siècle jusqu’à nos jours, un ensemble de carrés de signes pour le moins spectaculaires. Éloges de l’empereur, rêves sur la croix, nomenclatures fantasmées… Comme si cette mise au carré de l’écriture laissait percer un idéal : l’avènement d’un ordre, réunissant en une forme parfaite, éternelle, le poème et son inscription graphique.

À l’épreuve, la perfection en tous sens du carré favorise pourtant une étrange propension : à élargir les directions de lecture, d’écriture. On connaît assez les carrés magiques dont les chiffres s’additionnent de toutes les manières. Le carré de lettres, de ce point de vue, peut aussi bien se situer à l’aboutissement d’un affolement du sens et d’une poésie des mots, des signes se recomposant sans cesse. Le carré ? Et pourtant il tourne.

Car il s’agit bien de retrouver les grandes figures régulatrices de la cosmologie, des calendriers ; mais pour les relire, les redistribuer ou plutôt : les remettre en mouvement et en jeu. La poésie, si elle jette sur la feuille de merveilleuses constellations habitables, n’a de cesse de rendre au ciel étoilé ses infinies possibilités de lecture. Peut-être aussi parce qu’elle commence dans la mise en demeure du médium même dans lequel elle est engagée. Qu’elle interroge fondamentalement la découpe des mots, et par la même occasion, du monde, la suspend un instant, lui fait perdre toute évidence.

De Trithème à Tristan Tzara, de Maurice Scève à Jacques Roubaud, de Du Monin à Ghérasim Luca, de Raban Maur à Michèle Métail, courent ainsi des fils qui, de siècles en siècles, dessinent une véritable continuité. Lire ces auteurs, les confronter avec les philosophes, les kabbalistes ou les linguistes de leurs temps, c’est retrouver le temps long de la poésie comme un de ses horizons inexpugnables : le rêve d’une langue qui bougerait si vite, si constamment, qu’elle continuerait à parler mais sans figer la moindre découpe. Une langue infiniment labile, en perpétuelle restructuration ; un rêve de langue, peut-être, au revers de ce que fait toute langue – mais à même de nous rendre à la relance indéfinie du partage du monde.

Editeur:
Collection:
Date de parution: 
13/12/2022
ISBN : 2-978-84534-304-7 * PVP 27,50 euros * 256 p.
Lettre
Prix: 
27,50 €

Frais d'envoi inclus en France Métropolitaine, Union Européenne et Suisse.

Memento mori

Images de Claude Eveno & Fiction de Linda Lê

 

Cet ouvrage est, pour partie, composé de soixante-dix-sept collages de Claude Eveno, et d’une fiction que composa Linda Lê en les regardant.

Chaque œuvre étant entière, données pour elles-mêmes notre choix fut de les assembler en tête-bêche.

Images et mots, deux récits en écho l’un de l’autre, présentés dans un livre que l’on peut lire en commençant ou par l’un ou par l’autre, selon la force d’appel des mots ou des images pour le lecteur qui s’en empare. Nulle intrication graphique ne vient déranger le chemin qu’il aura choisi en premier. 

Les images sont des collages de Claude Eveno composés avec des bribes de l’histoire de la peinture et qui racontent beaucoup, tant ils sont délibérément figuratifs. Les regarder est un voyage dans une intériorité malmenée par des excès, souffrances, passions, cruautés, divagations du désir et de la folie, tristesse et mélancolie…

Les mots de Linda Lê, sont une fiction racontant l’histoire d’un homme tourmenté qui nourrit ses turpitudes intérieures avec des « livres de collages » feuilletés tout au long de sa vie. Un solitaire douloureux, marqué par la mort, jouissant d’une existence de « cauchemar éveillé » où se mélangent et les images de ses livres et celles de son imagination en proie aux fantasmes, de moins en moins connectée à la réalité.

Lire les collages, est en retrouver des échos dans les mots du récit. Lire le texte, est entendre encore ces mots en entrant dans les images. 

 

Editeur:
Collection:
Date de parution: 
22/11/2022
ISBN 2-978-84534-305-4 * PVP 25 euros * 128 p.
Prix: 
25,00 €

Frais d'envoi inclus en France Métropolitaine, Union Européenne et Suisse.

Un arbre à la fenêtre

" Depuis ce 24 février 2022, date où l’on m’a confirmé le diagnostic de cancer, j’ai tenu un journal en écrivant presque tous les jours. Ce n’est pas un journal intime mais une réflexion au jour le jour sur des sujets variés, y compris le cancer, selon ce qui chaque fois me venait à l’esprit sans y avoir pensé avant le moment de l’écriture. Le journal s’arrête au lendemain du jour où j’ai fait part aux médecins de ma décision d’arrêter le traitement, le 10 mai de la même année."

 

Editeur:
Collection:
Date de parution: 
22/11/2022
ISBN 2-978-84534-307-8 * PVP 25 euros * 136 p.
Prix: 
25,00 €

Frais d'envoi inclus en France Métropolitaine, Union Européenne et Suisse.

Reflets

 

« Reflets est un récit photographique qui aborde, teintée parfois d’ironie, l’actualité comportementale de notre société. Société de consommation excessive, laquelle en grande partie fixée au courant du consommable, instaure un large espace de rentabilité basé sur un système de production souvent fort contestable tant en sa démarche qu’en sa qualité. 

Effet miroir. 

Dehors dedans. Mise en scène au parfum parfois métaphorique pour une autre dimension où se croisent dans le courant de certaines fonctions des modes, la nature, la misère et la beauté.

Reflets de notre modernité en tous ses états. » 

Jeanne-Marie Sens

Collection:
Date de parution: 
14/11/2022
ISBN 978-2-35729-12-35729-126-3 * PVP 27.50 euros * 192 p.
Prix: 
27,50 €

Frais d'envoi inclus en France Métropolitaine, Union Européenne et Suisse.

JOURNAL EN SOUFFRANCE

“ On ne meurt pas d’être malade, 

on meurt d’être vivant.”

Montaigne

 

Atteint d’une sévère maladie accordant peu de place à l’espoir d’une guérison, Yves Lecanuet, en toute conscience de son état, bien au-delà de quelques rémissions, tient minutieusement le journal de ce qui sera, ombré d’inquiétude et d’incertitude, l’ultime étape de sa vie. 

Du 4 septembre 2020 au 8 mars 2021 il note toute intervention d’ordre médical au long de ses aller-retours hospitaliers – et jusqu’à son maintien, entre lesquels, sans jamais se départir des douleurs et de la souffrance du corps et de l’esprit, seront convoqués, mêlés au courant des paroles de l’ordinarité, pensées philosophiques et poétiques au parcours éphémère d’un temps retrouvé.

Journal en souffrance s’élabore au fait d’une écriture pressante en sa volonté d’établir un tressage en tout point convenant sur le fil fragile d’un souffle qui s’éteint. 

Vestiges et temporalités traversés en références philosophiques et pensées poétiques d’une poignante réalité.

Collection:
Date de parution: 
26/10/2022
ISBN 978-2-35729-12-35729124-9 * PVP 20 euros * 144 p.
La fin d'un parcours
Prix: 
20,00 €

Frais d'envoi inclus en France Métropolitaine, Union Européenne et Suisse.

Pages